La Sainte Baume

c’est une grotte a flan de montagne
dans une forêt domaniale
où des rois, des papes, et multiples pèlerins ce sont rendus
où l’apôtre du Christ aurait vécu
33 ans
c’est ce qu’on dit

c’est un sentier que l’on emprunte
et plus ça monte plus on se tait
plus on s’imbibe du lieu
magnifique
pastoral

je ne sais trop à quoi m’attendre
je ne pratique pas de religion
je suis par baptême catholique
j’aime pourtant visiter les églises
les petites, les mine de rien, me plaisent beaucoup
Notre Dame m’a déçue
trop bruyant, trop de touriste, trop imposant, trop de gargouille
qu’est ce que c’est tout ça

à la monté on entend les cloches
la beauté du son à travers la forêt

en arrivant au sommet un panorama époustouflant
il a plu beaucoup ces derniers temps
ce jours là, les nuages s’accrochent encore
une vallée, des montagnes à l’horizon
des nuages qui se prélassent et ne sont pas pressés de se dissiper
du coton

à l’entrée de la grotte les portes sont ouvertes
à l’intérieur un service religieux est en cour
un groupe d’écolier participe à la messe
nous attendons
je ne souhaite pas déranger

je regarde autour
une petite boutique de souvenir attend son moine pour l’ouverture
à côté une porte ouverte offre un abri au voyageur
je vais voir
c’est tout simple
ça besoin d’un coup de balai
au coin on peut faire du feu
quelques fagots de bois, des allumettes, l’âtre
c’est tentant avec l’humidité qui règne
une grande table permet la convivialité
une bouilloire pour une tasse de thé
sur des étagères se trouve plusieurs boites de jeux de société
pour tout âge
quelques vieilles peluches ornent une tablette
quel âge ont-elles?
qui les a aimé?

Cet endroit me plaît
d’une simplicité et d’une générosité désarmante

un brouhaha attire mon attention
le service est fini
les enfants sortent
quelques jeunes serveurs de messe, vêtu de blanc, s’amusent avec leurs chandelles
c’est bruyant, ça rigole, le silence de la montée du coup s’évapore
le moine, le père, le frère
comment les nomme-t-on?
sont joyeux
rien d’austère dans ce tableau

nous pénétrons dans la grotte
le silence reprend sa place
interrompu méthodiquement par le ploc ploc des gouttes d’eau
nous sommes dans une grottes où la pluie s’infiltre
de partout

dans la grotte il y a l’autel
des bancs tout simple qui peuvent être déplacés
quelques statues
des plaques de remerciement
des bougies à allumer
des bougies pour faire pause, penser, prier
j’en allume une pour ma sœur Dominique
une autre pour ma tante Lucie
de l’eau salée sur mes joues

le temps passe
je ressors
je vais au petit magasin pour voir
quelques enfants s’achètent des médailles
des prières
des souvenirs
un père béni ce que les enfants achètent
j’attends que la foule passe
je regarde
j’hésite entre deux petites médailles de la vierge
j’en choisi une
j’aime bien une autre médaille
c’est qui, je demande
Saint-Benoît
je souris, parfait, je la prends
et puis finalement l’autre de la vierge aussi
trois petites médailles dans ma main
le père est toujours là
debout près du comptoir
je lui demande s’il voudrait bien bénir mes médailles à moi aussi
ça peut pas faire de mal
et finalement ça me fait très plaisir

 

DSC_0011 DSC_0019 DSC_0027 DSC_0038 DSC_0039 DSC_0048 DSC_0053 DSC_0056 DSC_0059DSC_0077 DSC_0062 DSC_0067 DSC_0070 DSC_0075 DSC_0094 DSC_0097 DSC_0099 DSC_0102

FacebookTwitterLinkedIn